In Articles

Il existe plusieurs autres industries dans lesquelles l’automatisation a été introduite il y a longtemps et est largement utilisée. Dans une certaine mesure, ce progrès entraîne également la nécessité d’avoir moins de main-d’œuvre humaine. Cela signifie également qu’il y aurait moins d’emplois qu’avant pour des tâches ou des emplois que les humains effectuaient. Il y a également eu beaucoup d’avancement dans le secteur de la technologie autonome lorsqu’il s’agit de l’industrie du camionnage.

Qu’est-ce qu’un camion autonome?

Plusieurs fabricants établis comme Diamler, Tesla, Volvo, et un nouveau venu sur le marché, Otto, effectuent actuellement des essais de camions autonomes. Ceux qui sont favorables à l’automatisation disent que cette technologie va contribuer à l’efficacité, à la sécurité et à la rentabilité du transport de marchandises par camion.

Voici une vidéo qui vous en montre davantage sur le fonctionnement des véhicules autonomes.


Un article récemment paru dans le Los Angeles Times prévoyait que la mise en œuvre de l’automatisation au cours des dix prochaines années pourrait éliminer plus de 1,7 million d’emplois de chauffeurs de camion. Dans cette perspective, lorsque les chauffeurs de camion entendent parler de camions autonomes, il est naturel qu’ils s’inquiètent pour leur travail. Mais la vérité est qu’ils n’ont pas besoin de s’inquiéter.

Pourquoi les camions autonomes ne deviendront pas la norme avant un moment?

1. La participation du gouvernement sera nécessaire

Le développement des camions autonomes ne se fera pas du jour au lendemain. Plusieurs choses doivent se mettre en place pour les camions semi-remorques autonomes fassent sentir leur présence sur le marché. La plupart des États américains ont des lois spécifiques qui légalisent les essais de camions autonomes. Cependant, le gouvernement aura ultimement le dernier mot et mettra en place des règles qui permettront aux camions autonomes de 80 000 livres de circuler sur les routes en toute sécurité. Le NHTSA (Department of Transportation’s National Highway Traffic Safety Administration) est l’autorité réglementaire pour le déplacement des camions.

Il existe actuellement une législation qui a levé la plupart des restrictions concernant l’introduction de voitures autonomes sur les routes dans tout le pays, et les camions commerciaux ne font pas partie de ces projets de loi. Ils pourraient être inclus dans la législation future. Mais cela signifie également que même lors du développement de la technologie, les essais de camions autonomes ne se dérouleraient que dans quelques États aux États-Unis.

2. Les chauffeurs de poids lourds doivent être intuitifs et qualifiés

Si vous avez déjà été au volant d’un camion lourd, vous saurez exactement à quel point le travail peut être demandant. Les conducteurs de camion doivent effectuer une série de manœuvres complexes et se rendre aux quais de chargement et aux ports très fréquentés. Les conditions des autoroutes impliquent des conditions météorologiques défavorables, des couloirs de montagne et des zones de construction. L’intelligence artificielle gèrerait-elle tous ces problèmes avec succès et en toute sécurité? Que se passe-t-il lorsqu’il y a des événements soudains comme la crevaison d’un pneu? Un ordinateur aura-t-il l’intuitivité d’un conducteur humain dans ces conditions? Bien que des machines sophistiquées puissent avoir cette capacité, des années seront nécessaires pour développer, tester la technologie et l’autoriser à rouler sur les routes.

3. Quelqu’un devrait encore être dans la cabine d’un camion autonome

Bien que l’automatisation des camions lourds sera introduite par phases sur quelques années, les conducteurs technophiles devront toujours être présents dans la cabine, pour surveiller les commandes. Ces conducteurs prendraient le volant en cas de travaux de construction ou de mauvais temps. Les véhicules autonomes de niveau 5 commercialement viables ne feront pas leur apparition avant de nombreuses années.

Avant que la technologie autonome ne devienne la norme pour les camions lourds, elle aidera les conducteurs de bien des façons. Les gros camions deviendront plus sûrs grâce à l’introduction de systèmes de contrôle de la stabilité, d’évitement des collisions, d’avertissements de changement de voie, et plus encore. Les situations complexes sur la route devraient quand même être traitées par les chauffeurs de camion dans la cabine.

L’industrie du camionnage est compliquée et répandue, et il faudra au moins 20 à 25 ans pour que l’autonomie soit introduite et utilisée activement. Alors, les camionneurs doivent-ils s’inquiéter des camions autonomes? – Eh bien, pas vraiment!